Nouvelles

Nouvelle étude: Un enfant sur quatre en Bavière avec des problèmes de santé mentale

Nouvelle étude: Un enfant sur quatre en Bavière avec des problèmes de santé mentale


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Nouveau rapport sur la santé mentale des enfants et des adolescents
La ministre bavaroise de la Santé, Melanie Huml, a présenté mercredi à Munich le premier rapport sur la santé mentale des enfants et des adolescents de l'Etat libre. Selon cela, un adolescent sur quatre en Bavière souffre de problèmes psychologiques; rien qu'en 2014, plus de 80 000 enfants ont été diagnostiqués avec un TDAH. Selon Huml, l'augmentation des traitements est également liée à un changement de sensibilisation et à l'élargissement des options de traitement.

Informations complètes sur la santé mentale des jeunes
La première documentation sur la santé mentale chez les enfants et les adolescents a été présentée mercredi à Munich, dans laquelle les tableaux cliniques les plus courants ont été mis en évidence pour la première fois et de nombreuses données provenant de diverses sources ont été regroupées. Selon le ministère bavarois de la Santé et des Soins, un rapport unique en Allemagne qui contient également des informations sur les services de conseil et de soins locaux pour les personnes touchées et qui examine également les groupes à risque particulièrement vulnérables. "Nous disposons désormais d'une base d'informations complète sur la santé mentale des enfants et adolescents en Bavière", a déclaré la ministre bavaroise de la Santé, Melanie Huml, selon un message du ministère.

Les maladies mentales ne devraient pas être taboues
C'est également le thème principal de la politique de santé cette année, a ajouté le ministre. L'objectif est de faire en sorte que les personnes touchées soient aidées à un stade précoce, «c'est pourquoi les maladies mentales ne doivent pas être taboues», a souligné Melanie Huml lors de la présentation du rapport. Cela inclut les données de l'Association des médecins légaux de l'assurance maladie de Bavière (KVB), selon lesquelles un diagnostic de trouble mental était disponible dans tout le pays pour environ 470 000 enfants et adolescents au second semestre 2014. C'est l'équivalent d'un quart des jeunes de moins de 18 ans en Bavière. Les données s'appliquent aux quelque 90 pour cent d'adolescents de l'État libre qui bénéficient d'une assurance maladie légale, selon le ministère.

Cependant, ces "perturbations" ne sont pas toujours dramatiques, a souligné Huml au "dpa". Parce que cela comprendrait également des troubles du développement tels que Les troubles de l'élocution et du langage ou les difficultés d'apprentissage et de lecture sont comptées. En conséquence, les personnes touchées ont souvent besoin «d'un simple soutien», dit le politicien. Cependant, le débat sur ce qui est «normal» et où commence un trouble mental est souvent mené de manière très émotionnelle en public. Huml a en outre expliqué que le rapport devrait donc également contribuer à objectiver la discussion.

Les nourrissons souffrent souvent de troubles du développement
Comme le montre le rapport, les troubles du développement sont le diagnostic le plus courant chez les tout-petits et les enfants d'âge préscolaire. Les troubles comportementaux et émotionnels deviennent de plus en plus importants entre 7 et 14 ans, le trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH) représentant plus de la moitié des cas compte. Au total, plus de 80 000 adolescents en Bavière ont été touchés en 2014, les garçons trois fois plus souvent que les filles. Un groupe de diagnostics et de prescriptions a été présenté dans une comparaison régionale à Würzburg. Selon les auteurs, cela pourrait, d'une part, signifier que les besoins d'approvisionnement existants sont mieux satisfaits que dans d'autres régions. D'autre part, le regroupement pourrait également indiquer que la présence d'un trouble et son traitement sont évalués différemment par les médecins de la région.

La dépression survient également entre 15 et 17 ans. Un bon 14 000 jeunes avaient ce diagnostic en 2014, qui a été posé par le pédiatre ou le médecin de famille dans la moitié des cas, selon l'étude. Un bon 3 000 enfants et adolescents de moins de 20 ans ont dû être hospitalisés pour dépression. Environ 10 500 adolescents ont été traités pour un trouble de l'alimentation, bien que dans environ 1 000 cas, une hospitalisation était également nécessaire. Selon le rapport, les filles sont particulièrement touchées par ce trouble et près de la moitié d'entre elles se sentent un peu ou même trop grasses à partir de 13 ans.

Les jeunes fument et boivent moins
En revanche, la consommation excessive d'alcool chez les adolescents a considérablement diminué ces dernières années. Selon le rapport, le nombre d'hospitalisations dues à une intoxication alcoolique a diminué et la proportion d'adolescents abstinents augmente. Néanmoins, "8,1% des élèves de neuvième et de dixième ont une consommation d'alcool à risque, 0,6% ont une consommation élevée." Les garçons présentent un "modèle de consommation plus risqué" que les filles.

La consommation de tabac est également en baisse. Par exemple, la proportion des 15 et 16 ans qui ont déjà fait l'expérience du tabagisme a diminué de 2003 à 2015, passant de 77 à 55 pour cent. Selon les informations, environ 15% des jeunes de cet âge fument quotidiennement, la proportion de fumeurs augmentant à mesure que le niveau d'éducation diminue. D'un autre côté, la consommation de cannabis a quelque peu augmenté, 10% des jeunes de 12 à 18 ans déclarant en avoir déjà fait l'expérience.

L'attention sociale a augmenté
Dans l'ensemble, le rapport montre que le nombre de traitements des troubles mentaux a fortement augmenté ces dernières années - mais un changement de conscience peut également jouer un rôle important à cet égard. «Cela est en partie dû au fait que la sensibilisation sociale à ce sujet a considérablement augmenté et que les options de traitement ont également été élargies. C'est positif car cela contribue à déstigmatiser davantage les maladies mentales », a déclaré Huml, selon le ministère. (Non)

Informations sur l'auteur et la source


Vidéo: Perspectives on the Pandemic. Dr. John Ioannidis Update:. Episode 4 (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Avishai

    Idée exclusive))))

  2. Kajilrajas

    Je m'excuse d'avoir interféré ... J'ai une situation similaire. Je vous invite à une discussion. Écrivez ici ou dans PM.

  3. Kigara

    Souhaitez-vous échanger des liens?

  4. Mannuss

    Vous voyez, le point ici est ce qui est considéré comme correct et ce qui ne l'est pas;) et donc le sujet est bon, bien sûr, le respect de l'auteur.

  5. Jessy

    tu as été visité par l'excellente idée

  6. Mokus

    C'est la phrase très précieuse



Écrire un message