Nouvelles

La prévention avec succès: la consommation d'alcool et de tabac chez les jeunes diminue fortement


Baisse agréable de la consommation de tabac et d'alcool chez les adolescents

La consommation d'alcool et de tabac est associée à de nombreux risques pour la santé et les bases d'une dépendance permanente sont souvent posées dans l'enfance et l'adolescence. Des mesures de prévention ont donc été de plus en plus prises ces dernières années - apparemment avec succès. Selon une analyse actuelle des données de l'étude à long terme KiGGS, les adolescents en Allemagne boivent et fument aujourd'hui nettement moins qu'il y a dix ans.

«La consommation de tabac et d'alcool fait partie des principaux facteurs de risque évitables pour un grand nombre de maladies ayant des effets à long terme, y compris la mortalité prématurée», rapporte l'Institut Robert Koch (RKI). L'analyse actuelle des données par le RKI montre que bien que 51% des 11-17 ans aient déjà essayé l'alcool, c'est 13% de moins qu'il y a dix ans. La baisse est encore plus prononcée avec la consommation de tabac: alors qu'il y a dix ans, 21,4% des adolescents fumaient au moins occasionnellement, dans l'évaluation actuelle, ce n'était qu'environ 7% des 11 à 17 ans (3,7% fumaient quotidiennement).

12% des adolescents ayant une consommation d'alcool à risque

<< Étant donné que la voie à suivre pour adopter un comportement de santé plus tard dans la vie est définie dans la phase de jeunesse et que l'on sait qu'un départ précoce favorise une consommation ultérieure régulière d'alcool et de tabac pour les adolescents, c'est un objectif de la politique de santé que les adolescents ne fument pas autant que possible et deviennent responsables. et la consommation d'alcool à faible risque », a déclaré le RKI. En particulier, la consommation régulière ou risquée d'alcool, qui continue d'être pratiquée par 12 pour cent des adolescents, et la consommation excessive d'alcool régulière, dont sept pour cent des répondants ont déclaré, sont extrêmement critiques.

La consommation excessive d'alcool est plus courante chez les garçons

Selon le RKI, il existe également des différences entre le comportement des filles et des garçons en matière de consommation d'alcool et d'intoxication à risque. Par exemple, les filles consomment plus de boissons alcoolisées à des niveaux à risque, mais plus de garçons que de filles pratiquent l'intoxication. Dans l'ensemble, cependant, l'évolution des dix dernières années a été très encourageante. La baisse de la consommation de tabac et d'alcool indique le succès des mesures préventives, selon le RKI.

Situation de revenu ayant un impact significatif sur la santé des enfants

L'analyse des données de l'étude à long terme KIGSS a également montré que les enfants et adolescents à faible statut socio-économique sont souvent moins bien lotis en termes de santé. Ils sont plus susceptibles de manger des aliments malsains (par rapport à leurs pairs issus de familles socialement défavorisées), de faire de l'exercice moins fréquemment et sont plus susceptibles d'être en surpoids ou obèses, rapporte le RKI.

Trop peu de sport et d'exercice

Le comportement sportif des adolescents reste globalement à améliorer. Seulement 54 pour cent des filles font du sport au moins 90 minutes par semaine. Au moins 63 pour cent des garçons, mais il y a encore place à l'amélioration. Seulement 31 pour cent des filles et 45 pour cent des garçons réalisent 180 minutes de sport par semaine.

Le comportement nutritionnel peut encore être amélioré

Sur le plan nutritionnel, la consommation de sucreries et de boissons sucrées a baissé de façon satisfaisante par rapport à l'enquête de référence KiGGS il y a dix ans, mais d'un autre côté, les 11-17 ans en particulier consomment aujourd'hui beaucoup moins de légumes, selon le RKI. Il y a encore un besoin d'action en termes d'habitudes alimentaires et d'activité physique, le RKI rappelant particulièrement la fonction de modèle des parents. (fp)

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: Comprendre et prévenir le développement des troubles du comportement (Décembre 2021).