Nouvelles

Nouvelle procédure pour le diagnostic précoce des maladies pulmonaires dangereuses chez les bébés


Dysplasie bronchopulmonaire: un meilleur diagnostic pour les nouveau-nés

La maladie pulmonaire dangereuse appelée dysplasie bronchopulmonaire (DBP) affecte les bébés. Si les nouveau-nés souffrent d'une maladie pulmonaire, ils continueront probablement de le faire pour le reste de leur vie. Les bébés prématurés qui naissent avec un poids de moins de 1 500 grammes sont particulièrement à risque de développer une dysplasie bronchopulmonaire. Les chercheurs ont maintenant développé une méthode qui pourrait permettre un diagnostic précoce et sûr de la BDP à l'avenir.

Dans leur enquête, les scientifiques de l'Université de Munich ont découvert qu'une méthode récemment développée pour diagnostiquer la dysplasie bronchopulmonaire (DBP) semble fonctionner très efficacement. Les médecins ont publié les résultats de leur étude dans l'American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine.

Les bébés prématurés sont particulièrement à risque

Si les bébés prématurés pèsent moins de 1500 grammes, ils ont un risque accru de développer une dysplasie bronchopulmonaire. La maladie peut également toucher les nouveau-nés ayant un poids corporel normal, explique le Dr. Anne Hilgendorff, directrice du Centre for Comprehensive Developmental Care du Dr. de l'hôpital pour enfants de Haunersche et du centre de pédiatrie sociale intégré de la clinique de l'Université de Munich.

Les poumons se développent tardivement chez les nouveau-nés

Chez les bébés adolescents, les poumons sont l'un des derniers organes en développement. Lorsque les bébés naissent prématurément, leurs poumons ne sont pas complètement matures. Cela les rend vulnérables à diverses complications, telles que le syndrome de détresse respiratoire. Les personnes touchées courent également un risque accru de développer une maladie pulmonaire chronique (comme le trouble borderline) plus tard dans la vie. L'équipe de recherche autour de l'expert Dr. Anne Hilgendorff et le néonatologiste Dr. Kai Martin Förster du centre périnatal de la clinique LMU a maintenant développé une procédure permettant un diagnostic précoce et efficace de la dysplasie bronchopulmonaire.

À la naissance, les nouveau-nés n'ont pas d'alvéoles complètement développées

Les bébés n'ont pas d'alvéoles déjà complètement développées à la naissance. De plus, les nouveau-nés n'ont pas non plus les vaisseaux sanguins appropriés pour absorber l'oxygène des alvéoles. Cela crée un besoin accru d'oxygène et un effort respiratoire accru. La ventilation artificielle peut assurer la survie des enfants affectés. Un traitement à long terme avec de l'oxygène peut également être utilisé pour lutter contre l'essoufflement aigu. Un tel traitement est une arme à double tranchant, pour ainsi dire. "La respiration artificielle et l'oxygénation contribuent de manière significative au développement de la complication chronique, le trouble borderline", explique le Dr. Anne Hilgendorff dans un communiqué de presse du Helmholtz Zentrum München.

Le trouble borderline n'est pas reconnu à temps chez les nouveau-nés

Jusqu'à présent, il y a eu le problème que la DBP n'est pas reconnue de manière fiable à temps, de sorte qu'un traitement efficace puisse être instauré peu de temps après la naissance. Les enfants atteints ne font l'objet d'un suivi médical attentif qu'en raison du risque éventuel.

Les médecins examinent des échantillons de sang de nouveau-nés

Dans leur enquête, les scientifiques ont analysé des échantillons de plasma sanguin prélevés sur un total de 35 bébés prématurés au cours de la première semaine de vie. Ces échantillons ont ensuite été examinés à l'aide d'une méthode innovante de haute technologie. Les experts voulaient déterminer les changements dans toutes les protéines détectables. L'examen a ensuite été répété le 28e jour de la vie du nouveau-né.

Trois protéines semblent contribuer au développement de la maladie

Pour évaluer les données obtenues, les scientifiques ont développé un modèle statistique pour déterminer quels bébés ont une probabilité accrue de développer une dysplasie bronchopulmonaire immédiatement après la naissance. Trois protéines blanches étaient particulièrement visibles dans l'analyse. Ces protéines sont soupçonnées de contribuer au développement de la maladie, explique le Dr. Anne Hilgendorff. En analysant ce système, le remodelage des alvéoles, l'état du développement vasculaire et la réaction inflammatoire peuvent être déterminés.

Des recherches supplémentaires sont nécessaires

Une autre étude doit maintenant confirmer les résultats trouvés. Si ces résultats sont à nouveau positifs, il est urgent de développer un test simple, qui n'analyse que les trois protéines dites marqueurs et non les 1129 protéines, expliquent les experts. Une telle procédure faciliterait grandement le diagnostic précoce chez les nouveau-nés. Cela pourrait également rendre le traitement ultérieur plus efficace. Les options de traitement normalement utilisées pour le traitement sont la cortisone, la vitamine A et l'optimisation de l'hydratation et de la situation de ventilation. Si les protéines constituent vraiment une forme fiable d'attribution des risques juste après la naissance, d'autres études sur de nouvelles formes de traitement seront possibles. (comme)

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: Formation sur les urgences oncologiques (Juillet 2021).