Nouvelles

Santé des enfants: combien de bonbons sont réellement autorisés pour les enfants?


Recommandations de la Children's Health Foundation sur la consommation de sucre chez les enfants
Trop de sucre rend les enfants gras, les adultes malades et les personnes âgées sans dents, a averti la Child Health Foundation. La consommation élevée de sucre est un problème majeur tant pour les enfants que pour les adultes en Allemagne. Selon les experts, des contre-mesures sont nécessaires de toute urgence.

«Le sucre contenu dans les sucreries, les boissons sucrées et les aliments fait grossir, favorise le développement du diabète et endommage les dents», souligne la Child Health Foundation dans sa communication actuelle. Ces liens ont longtemps été confirmés scientifiquement par de nombreuses études et étayés par de nouvelles études. Une réduction de la consommation de sucre est donc impérative. Pour de nombreux parents, cependant, il est difficile d'estimer le niveau de bonbons autorisé chez les enfants.

Risques de consommation élevée de sucre
Professeur Dr. Berthold Koletzko, président de la Child Health Foundation, souligne que la consommation élevée de sucre en Allemagne est un problème majeur pour les enfants et les adultes. L'obésité, le diabète de type 2 et la carie dentaire sont la preuve des conséquences d'une consommation élevée de sucre, et «les enfants gras courent le risque de développer des maladies liées au mode de vie telles que l'hypertension artérielle, les maladies cardiovasculaires et la goutte», explique le professeur Koletzko.

L'élimination du sucre améliore les niveaux de graisse du foie
Plus récemment, selon la Child Health Foundation, une étude de l'Université de Californie à San Francisco a montré que les enfants obèses (obèses) réduisent leur taux de graisse hépatique, diminuent la graisse du ventre et diminuent la production d'insuline lorsqu'ils sautent du sucre. Le poids corporel moyen des participants avait également chuté, et tout cela après seulement neuf jours sans sucre.

Le sucre entraîne des coûts de traitement dentaire massifs
Dans une autre étude utilisant des données de 168 pays à travers le monde, des scientifiques de l'Université Martin Luther de Halle-Wittenberg (MLU) et de Biotechnology Research and Information Network AG (BRAIN AG) ont clairement indiqué que la consommation de sucre était clairement associée à l'apparition de caries, Parodontite et perte de dents en conséquence. Pour chaque consommation supplémentaire de 25 grammes de sucre par personne et par jour, les coûts des soins dentaires dans les pays à revenus élevés ont augmenté en moyenne de 75 euros par personne et par an.

Critique de la propagande du lobby du sucre
À ce jour, les effets néfastes d'une consommation excessive de sucre sont constamment niés par le lobby du sucre, selon la Child Health Foundation. En outre, l’opinion n’est pas diminuée selon laquelle il n’existe pas de lien direct entre le sucre et l’obésité et la carie et que la consommation de sucre est encore augmentée par la publicité. Les fabricants allemands de confiserie ont dépensé à eux seuls plus de 898 millions d'euros en communication médiatique en un an, soit 15% de plus que l'année précédente. Le marketing pour les enfants sur Internet augmente également, rapporte la Children's Health Foundation, citant une étude de l'Université de Hambourg financée par l'Association fédérale AOK.

Seulement dix pour cent de l'énergie requise des bonbons
En principe, selon les experts, la confiserie, les sodas et les collations ne devraient «pas représenter plus d'environ dix pour cent des besoins énergétiques quotidiens». Pour un enfant de quatre à six ans, une boule de glace et deux biscuits au beurre fournissent ces dix pour cent des besoins énergétiques quotidiens, souligne le professeur Koletzko. Des précautions particulières doivent être prises avec les boissons sucrées et les jus de fruits sucrés. De nombreuses études montrent un lien étroit entre la consommation régulière de ces boissons et l'augmentation mondiale du surpoids.

Les boissons gazeuses sont particulièrement critiques
«Les boissons sucrées inondent l'organisme de manière incontrôlée et rapidement d'un excès de calories et peuvent ainsi déséquilibrer le bilan énergétique», prévient le professeur Koletzko. De plus, les calories liquides sont moins rassasiantes que les aliments solides et la montée rapide de la glycémie stimule la formation de l'hormone insuline et donc le dépôt de graisse dans l'organisme. Cela s'applique non seulement aux boissons gazeuses telles que le cola et les limonades, mais également aux jus de fruits particulièrement appréciés en Allemagne. Selon l'expert, «les nourrissons et les jeunes enfants devraient boire du jus de fruits avec autant de réticence que les adultes boivent du champagne».

Nous aimons ce qui est consommé régulièrement
La Fondation pour la santé des enfants souligne que seules «l'eau du robinet, l'eau minérale, les tisanes et tisanes aux fruits non sucrées ou les spritzers de jus de fruits (deux tiers d'eau)» conviennent vraiment comme boissons pour les enfants. Les experts préviennent que les boissons aux fruits sucrées et les limonades, y compris les thés glacés, ne doivent être bu qu'occasionnellement. Lors de la mise en œuvre du programme nutritionnel TigerKids dans les jardins d'enfants, dans lesquels les enfants reçoivent principalement de l'eau ou des boissons hypocaloriques, il a été démontré que ce que les gens aiment en fin de compte a bon goût s'ils en consomment régulièrement. «En une semaine, les enfants demandent également à leurs parents d'utiliser l'eau comme boisson à la maison»; dit le professeur Koletzko.
La Child Health Foundation donne les conseils suivants aux parents pour s'assurer que les enfants consomment correctement les bonbons:

  • N'utilisez jamais de bonbons comme récompense, effet de levier ou punition. Les bonbons ne restent alors que des aliments savoureux et n'obtiennent pas une valeur émotionnelle excessive.
  • Si possible, les sucreries ne sont consommées qu'une fois par jour avec les repas. Les dents sont ensuite brossées.
  • Les grands-parents et les tantes, les parents et les connaissances doivent également connaître les règles nationales relatives à la manipulation des bonbons.
  • Ne créez pas de sucreries: ce qui n'est pas dans la maison ne peut pas être mangé. Les fruits et les carottes sont d'une grande aide pour combattre les fringales.
  • Ne laissez pas de bonbons dans les parages. C'est ainsi que vous vous protégez, vous et vos enfants, de manger des bonbons, des oursons en gélatine, du chocolat ou des biscuits par ennui ou sans réfléchir sans appétit particulier.
  • Dites à votre enfant le plus tôt possible que les sucreries ne sont pas bonnes pour vos dents. Si possible, habituez-vous à vous brosser les dents, à vous rincer la bouche ou à manger une pomme après avoir sucé des bonbons.
  • Après vous être brossé les dents le soir, rien ne peut être mangé. Les "bonbons de lit" tardifs rongent les dents.
  • Tenez-vous-en aux règles - quiconque grignote ne peut pas être un modèle.

Il ne fait aucun doute que les bonbons ont bon goût et "les enfants connaissent déjà le goût du lait maternel ou des aliments pour bébés et donc l'adorent", explique le professeur Koletzko. Par conséquent, aucune personne sensée ne songerait à interdire aux enfants de toute douceur, selon l'expert plus loin. Au lieu de cela, la Fondation pour la santé de l'enfant préconise l'établissement de règles fixes pour gérer les bonbons dans les familles dès le début, aidant ainsi l'enfant à trouver sa propre mesure. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la quantité quotidienne de six cuillères à café de sucre chez les enfants (12 cuillères à café chez les adultes) ne doit pas être dépassée.

Afin de pouvoir comprendre l'apport en sucre, la Fondation pour la santé des enfants s'est également engagée dans un système de feux de signalisation facile à comprendre qui rend la teneur en sucre, en graisse, en sel et en énergie (calories) reconnaissable d'un coup d'œil dans tous les aliments transformés. (fp)

Informations sur l'auteur et la source


Vidéo: Cest pas sorcier -PESTICIDES (Août 2021).